Stories

Le Brésil, un nouvel élan

Nos quatre pieds touchent enfin le sol brésilien, et sans mauvais jeux de mots, c’est le pied ! Nous sommes comme deux enfants aux portes de la fête foraine, surexcités. Un nouveau lot d’aventure, de rencontres, de découvertes, s’offre à nous, et nous sommes impatients de le découvrir.

Fortaleza est une immense ville à la brésilienne, un peu désorganisée, où les quartiers pauvres s’entremêlent aux quartiers riches. La majorité des grandes villes du pays se trouvent sur la côte, due à l’histoire coloniale et l’apparition des premières routes praticables vers les terres, il y a seulement une paire de siècles. Donc les principales attractions sont souvent, la plage !

DSC01508
Fortaleza, mégalopole brésilienne

Et pour tout vous dire, après trois mois de mer, de ports, et de plage, on aimerait bien voir autre chose.

Mais nous n’allons pas faire les difficiles. Noël approche, nous décidons donc de passer une semaine ici, pour fêter le réveillon avec nos hôtes et amis Couchsurfers.

Nous profiterons donc des plages, j’aurai l’occasion de découvrir la côte de l’état du Ceara, et cela vaut le détour, les plages sont grandioses, des lagunes, dunes et les eaux chaudes, donnent à mon séjour un arrière gout de vacances.

DSC01492
Les plages de l’ état du Ceara au nord du Brésil

Erica ma « logeuse » m’offre tout ce dont j’ai besoin, elle est d’une grande gentillesse et aime beaucoup dormir aussi. J’apprends qu’elle travaille comme enseignante dans une école du quartier, et cela ne tombe pas dans l’oreille d’un sourd. Je lui propose de venir faire un petit reportage sur son école, sur les conditions de travail et de commencer à travailler sur le projet « On a filmé nos rêves d’école ». Elle accepte avec grand plaisir.

Le lendemain caméra au poing, mais pas trop visible non plus, car nous sommes au Brésil, je pars interviewer Rose une enseignante de l’école et faire quelques clichés des infrastructures. Je m’éclate comme un petit fou, multiplie les plans, pose de nombreuses questions, le métier de reporter est fait pour moi je crois.

Florian de son côté, fera la connaissance du collectif d’artiste Acidum dont la sœur de son hôte fait partie. Une rencontre plutôt cocasse. Nous avions pu prendre quelques clichés de différents graffitis à Praia au Cap-Vert, qui se trouvent être en fait des œuvres de ce fameux groupe « Acidum ». Le monde est si petit.

DSC01453
Oeuvre de l’ artiste Acidum

Nous ne nous attarderons guère ici, nous filons vers Olinda plus au sud, une ville dans laquelle j’avais déjà séjourné une année auparavant, et je m’y été beaucoup plu. Johan mon CS de l’époque nous accueille avec grand plaisir dans son humble demeure.

Notre hôte est un personnage à part entière. Il est un messie du Couchsurfing, pour avoir entre autres accueilli plusieurs milliers de personnes chez lui, en avoir aidé bien plus, il s’est investi énormément dans cette communauté. Je n’étalerai pas sa vie en récitant son parcours un peu atypique, c’est un homme qui a aidé d’autres hommes tout au long de sa vie. Pourquoi ? Pour s’aider lui-même peut-être ou par bonté d’âme, il faudrait lui poser la question directement. Mais une chose est certaine, il fera partie des rencontres les plus marquantes de notre voyage

Olinda est une grande ville, mais donc le centre historique a été entièrement rénové et conservé grâce au soutien de l’UNESCO. Des quartiers d’artiste, aux couleurs chatoyantes, dont les rues pavées et l’architecture coloniale titillent notre imagination. À quoi cela pouvait-il ressembler il y a 300 ans ?

DSC01535
Les rues colorées d’ Olinda
DSC01532
Et ses ateliers d’ artistes … pas toujours inspirés.

Notre séjour ici sera sportif, footing régulier, gym, ce n’est parce que l’on voyage, que l’on doit se laisser aller aux cocktails et au farniente. Et Flo montrera l’exemple, il court, court et court encore chaque jour, et la boisson c’est terminé me répète-t-il.

J’avais souvent entendu cette phrase, mais cette fois là, j’avais cru l’entendre différemment. Parce que je voyais chaque jour son combat acharné contre ce démon, et chaque jour j’espérer que cela se termine. Serait-ce véritablement clôt, ce voyage, ce changement sera-t-il la clé d’un renouveau. J’ose l’espérer.

Le 31 décembre est déjà là, la nouvelle année qui s’annonce, et nous fêterons cet événement avec les Brésiliens, sur la plage, fidèle à leur culture. Des milliers de personnes se ruent sur le rivage, pour se rassembler, trinquer et admirer le feu d’artifice. Il émane une grande chaleur humaine, minuit retenti et les gens s’accolent, s’embrasse, et crient. Le feu d’artifice vaut le détour, et encore ce n’est que celui de Olinda. Car à Rio,…

Il est maintenant grand temps de reprendre la route, et filer vers le sud. Nous avons entendu parler à mainte reprise du parc National de Chapada Diamantina, un lieu magique parait-il, il ne nous en fallait guère d’avantage pour nous convaincre.

En marche pour la chasse aux diamants.

Map Location

Leave a comment