Stories

En route vers les Andes – Argentine

Il me faudra quelque temps pour me remettre de cette « petite » déception. Je reste quelques jours à Buenos Aires hébergé par une Colombienne, vivant telle la chauve-souris, éveillée la nuit, endormie le jour, pas vraiment dans mes habitudes, je prends une décision radicale, acheter un billet pour un aller direct vers la Patagonie, prés de la cordillère des Andes. Il me faut rapidement laisser le dernier épisode derriere moi et sentir à nouveau l’excitation du voyage au cœur des montagnes Argentines.

Plusieurs heures de bus à travers la pampa, et alors nous voilames parcourant la fameuse « Ruta 40 », cette route qui traverser l’Argentine du nord au sud, près de la cordillère. Une route d’exception, la « 66 » d’Amérique du Sud, connue par tous les motards et amoureux des routes sans fin.

RN40
Route 40, fameuse route argentine

Nous nous dirigeons en fait vers San Martin de los Andes, petite ville de montagne, sur les rives du lac Lacar, un petit coin de paradis d’après ce que j’ai pu en lire. Coincée entre les sommets, à l’ambiance chaleureuse, un lieu qui promet des surprises, je l’espère.

DSC01868
San Martin de los Andes, face au lac Lacar

UN VOYAGE HORS DU TEMPS :

Manuel mon hôte pour ces prochains jours m’attend à l’arrivée, m’embarque dans son « camtard » bringbalant et m’invite à le suivre chez un ami pour remplir ses bouteilles de plongées. On arrive dans un chalet perché en montagne, café, viennoiseries, discussion autour de la plongée, de la voile et de la rando, je sens que je vais me plaire ici les amis !

Pour être honnêtes, le côté sportif de Manuel et le fait qu’il possède un voilier m’ont poussé à lui faire une demande de couchsurfing et je ne serai aucunement déçu. Manuel est un de ceux qui sont en quête de liberté, qui la chérisse, et qui mourrait s’il devait la perdre. San Martin de los Andes fera partie de mes plus belles expériences en Amérique du Sud et cela grâce à lui, car par sa générosité il me permettra de découvrir ce lieu comme personne.

DSC01843

Il m’explique dès mon arrivée qu’il possède un vélo, un kayak, un voilier et que c’est avec grand plaisir qu’il les mettra à ma disposition. Alors, je marcherai, pédalerai, pagaierai et naviguerai pendant plus d’une semaine dans ce petit coin de paradis.

Quelques jours après mon arrivée, c’est déjà une dose importante de pureté, de beauté et d’adrénaline que je me suis injectée, mais Manuel ne me laissera pas partir avant de m’avoir tout montré. Il m’annonce que nous allons partir deux jours naviguer sur le lac Lacar pour rejoindre le restaurant d’un ami à une journée de là dans le but de fêter son anniversaire. « Veux-tu te joindre à nous ? » me demande t’il, quelle question, bien sûr !

Nous embarquons alors pour trois jours de voile, de rencontres, et de pur dépaysement. Nous sommes plusieurs bateaux en partance pour la fête de Antonio, je suis accueillit comme un membre de leur communauté de « voileux » et rapidement comme un ami.

DSC01940

DSC01924

DSC01875-001

Bonheur : État de grande satisfaction, de plénitude, de bien-être. Telle est la définition que nous donne le dictionnaire, c’est un court résumé de ce que l’on peut ressentir lorsque nous éprouvons ce sentiment si précieux. Le bonheur ne peut être défini, car lorsqu’il est réel, il déborde, nous submerge, nous laisse sans voix et alors, vous savez, vous savez que c’est ça, être heureux !

Il faisait froid, la pluie tombait, le vent soufflait fort, le plan d’eau était blanchi par l’écume et le bateau gitait, mais rien de ne pouvait m’atteindre, car ce matin-là les nuages venaient caresser les sommets, le temps semblait s’être arrêté et seul le sifflement du vent à travers les voiles venait perturber ce silence, un silence d’église, et là j’ai su, ce qu’était le bonheur, le bonheur d’être libre.

DSC01932

Après ces mauvais moments passés, je me relève et ressens à nouveau ce voyage tant attendu, celui qui vous change, qui vous rend accro à jamais, accro à la l’ivresse de la liberté.

 

LE PEUPLE MAPUCHE :

Lors de mon voyage à San Martin, j’aurai aussi l’occasion de découvrir un peuple ancien du continent, le peuple Mapuche. Les Mapuches, ou « Peuple de la terre » en mapudungun, ce sont les communautés aborigènes de la zone centre-sud du Chili et de l’Argentine. J’aurai seulement l’occasion de visiter une communauté vivant près du village par le plus grand des hasards, et c’est à travers mes recherches que je découvrirais que les Mapuches furent un des seuls peuples à ne pas s’être soumis aux Incas et aux Conquistadors. À travers le temps, leur population fut grandement réduite, suite à des campagnes militaires menées par le gouvernement chilien et argentin, mais malgré cela, la population mapuche est reconnue pour avoir su défendre ses terres et sa culture par tous les moyens. Aujourd’hui, environ 600 000 Mapuches vivent au Chili et 200 000 en Argentine.

DSC01833
Habitations mapuches en bordure du lac Lacar
mapuche-terre
Manifestation pour la défense des droits mapuche

Voyager c’est avant toute chose aller à la découverte, à la rencontre des hommes et du monde, et ne pas laisser sa conscience derrière soi est une chose importante. Nous découvrons chaque jour la richesse extraordinaire de ce continent sud-américain, la beauté de son histoire, mais aussi sa noirceur. Car au fil des derniers siècles, l’Amérique du Sud fût à tant de reprises le berceau des massacres, de la destruction de tous les peuples premiers en passant par les guerres de pouvoir, puis civiles. Des statues à la gloire de conquistadors se dressent sur les places publiques, hommes qui dès leurs arrivées ne furent que les acteurs de l’éradication des peuples indigènes, de ceux qui chérissaient cette terre.

Le voyage façonne la conscience de celui qui le vit, de celui qui a les yeux et l’esprit bien ouvert.

NE PLUS PARTIR :

Une semaine passa, je me sens bien ici, tellement bien que je voudrais y rester, ne plus partir. Je vais même penser à trouver un petit boulot pour quelques semaines. Mais c’est chose difficile, et Manuel ne peut m’héberger plus longtemps. Mon objectif est de passer du temps dans les Andes, pas obligatoirement à San Martin, et le site web Workaway va m’offrir ce que je cherche.

Workaway est un site mettant en relation différents acteurs de projets (construction, agriculture, éducation…) et des bénévoles souhaitant leur venir en aide. (un article « test » sera rédigé prochainement)

Non loin de là, à Pucon au Chili, une famille anglaise recherche des volontaires pour les aider dans leur projet d’écoconstruction. Je décide donc de prendre un bus pour Pucon, et d’aller voir directement sur place. Manuel me prévient que Pucon est une ville très touristique, mais que cela vaut le déplacement. Peu importe, la montagne me gagne et je compte bien y passer du temps, au revoir Argentine et allons voir chez le voisin !

ET FLO PENDANT CE TEMPS LA:

Depuis notre séparation, il m’ est difficile de réciter nos deux aventures. Flo et moi sommes en contact constant et il me fait parvenir des photos régulièrement.

Florian est resté un long moment sur la carretera Australe au sud du Chili en attente d’ une « compagnonne » de route. Il a pu faire la rencontre de nombreux autres cyclistes parcourant des itinéraires plus ou moins similaire.

Ci-dessous certains clichés sélectionnés de son aventure en Patagonie Chilienne:

1534285_10201839083314392_1743956317_n (1) 1536646_10201839041833355_712530088_n 1538630_10201839062313867_1131721607_n 1902761_10201839047593499_500529430_n 10003998_10201839074234165_2100303271_n

 

Map Location

Leave a comment